Consentement Cookie par FreePrivacyPolicy.com
Joséphine Baker au Panthéon : la fierté d'Anne Bouillon  En savoir +

Chahinez: Non, l'État ne se donne pas tous les moyens de lutter contre les féminicides

Le compteur macabre des féminicides ne cesse de tourner sans que rien ne l’arrête. Les femmes continuent de mourir en silence sans déclencher d'enquête administrative.
 
Publié le 11/05/2021 - Dernière modification le 30/07/2021.
© LIONEL BONAVENTURE via AFP via Getty Images

Chahinez B. est morte le 4 mai dernier, brûlée vive sur un trottoir de Mérignac par le père de son enfant, décidé à “la punir” pour l’avoir quitté. L’immense émotion provoquée par l’horreur du crime conduit inexorablement à la question de savoir si celui-ci aurait pu être évité.

Cette question constamment formulée s’adresse d’abord à l’institution judiciaire et au gouvernement sommés de rendre des comptes. 

Les ministres concerné.es ont prestement saisi l’inspection générale de la justice et l’inspection générale de l’administration pour “ comprendre ce qu’il s’est passé et faire en sorte que cela ne se reproduise pas”  a déclaré Elisabeth Moreno. Le garde des Sceaux s’est dit prêt à sanctionner tout dysfonctionnement “ sans que sa main ne tremble”

Bien… Sauf que le compteur macabre des féminicides ne cesse de tourner et que rien ne semble pouvoir l’arrêter. En France, comme ailleurs, les hommes tuent les femmes. Elles continuent de mourir en silence et sans déclencher aucune enquête administrative. 

Qui a entendu parler des 38 autres femmes tuées avant Chahinez B. cette année déjà? 

Et de toutes les autres avant elles? ...

LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE HUFFFINGTON POST

(Accès libre)

Top